Au printemps 2022, le Fonds Houtman lançait l’appel à projets « « Enfants, jeunes et résilience : vers une société plus inclusive et solidaire ! ».  Parmi les 119 candidatures reçues, 8 projets ont été sélectionné. Les voici ci-dessous.

  • Voix d’adolescentes, une chorale « extraordinaire » de jeunes filles en situation de handicap – par l’ASBL Chorales Equinox ;
  • Des jeunes ayant connu la rupture/le décrochage scolaire nous accompagnent, en cocréation, à accompagner des jeunes vulnérables, défavorisés, à se réaccrocher, trouver une perspective et redevenir acteurs de leur vie à la suite de la pandémie – par l’ASBL Odyssée ;
  • Le laboratoire des liens – par Le Forum – Bruxelles contre les inégalités ;
  • Les brise-Lames – par la Compagnie Le Zet ;
  • Un jeune pour un jeune – par l’Hôpital Psychiatrique CUP La Clairière (Vivalia/Pavillon des adolescents)
  • Prendre soin des premiers liens en contexte de précarité : développer des relations sécures pour favoriser la résilience, l’apport du collectif – par APALEM-Seconde Peau ASBL ;
  • Tribunal des préjugés – par l’ASBL Nighthawks ;
  • Passerelle – par l’ASBL Passerelle.

Projet 1 : « Voix d’adolescentes, une chorale « extraordinaire » de jeunes filles en situation de handicap » - ASBL Chorales Equinox

L’ASBL Chorales Equinox a mis en place une chorale de jeunes filles en situation de handicap depuis juin 2021 au sein du SRJ Clair Val à Suarlée. L’objectif principal de ce projet est de permettre à une quarantaine d’adolescents/ de jeunes en situation de handicap de construire tout au long de l’année un nouveau spectacle qu’ils imagineront et réaliseront avec l’accompagnement d’Equinox et de l’équipe encadrante du SJR et qu’ils présenteront en juin 2023.

https://www.chorales-equinox.be/ et https://www.facebook.com/chorales.equinox

Projet 2 : « Des jeunes ayant connu la rupture/le décrochage scolaire nous accompagnent, en cocréation, à accompagner des jeunes vulnérables, défavorisés, à se réaccrocher, trouver une perspective et redevenir acteurs de leur vie à la suite de la pandémie » - ASBL Odyssée

L’objectif de ce projet est d’accompagner des jeunes fragilisés en rupture à se remettre en projet avec l’implication de jeunes que l’équipe a remis à flot. Ensemble, ils vont les accompagner individuellement et leur proposer de partager un moment de vie et prendre le temps de retrouver ce qui a sens et valeur. Ils vont aussi travailler en groupe l’estime de soi, la confiance en soi, la confiance en l’autre, la cohésion de groupe et la citoyenneté mondiale.

 https://www.odysseeasbl.be/ et https://www.facebook.com/Odyss%C3%A9e-asbl-592999000772877

Projet 3 : « Le laboratoire des liens » - Le Forum – Bruxelles contre les inégalités

« Le « Laboratoire des liens » est la première partie d’un projet de prévention des ruptures dans les parcours des jeunes.  Il part du constat que les jeunes sont parfois confrontés aux violences institutionnelles (visibles, invisibles ou symboliques) dans les lieux ou instances susceptibles de repérer, prévenir ou lutter contre la précarité : système (péri-)scolaire, structures d’Aide à la jeunesse, services sociaux et de santé (y compris mentale), etc. Dans leur parcours, ces jeunes développent une expertise qui pourrait être utile aux institutions susceptibles de les aider, ainsi qu’à d’autres jeunes à risque de se retrouver dans des situations similaires.  Le savoir expérientiel de ces jeunes est peu pris en compte dans la prévention.  Ce projet a pour finalité de renforcer les moyens de prévention et de lutte contre la pauvreté de la jeunesse par la formalisation de leurs savoirs expérientiels.

https://www.le-forum.org/ et https://www.facebook.com/leforumbruxellescontrelesinegalites

Projet 4 : « Les brise-Lames » - la Compagnie Le Zet

L’objectif de ce projet est de créer une récurrence d’ateliers de création hebdomadaire au sein d’une IPPJ qui aboutiront à un film collectif et de compléter de la sorte les pistes de (re)construction offertes aux jeunes séjournant dans cette institution. Le projet des partenaires est d’entrer dans une dynamique de collaboration qui ne soit pas sans lendemain mais au contraire, qui vise à intégrer peu à peu ces ateliers au projet global de l’établissement.

Les droits culturels de ce public de jeunes ne sont jusqu’ici pas rencontrés. Principalement, l’institution n’offre aucun espace pour exercer la liberté de création, qui constitue un rempart essentiel à la préservation de la santé mentale et émotionnelle et au bien-être de ces jeunes. Dans le respect du code de l’aide à la jeunesse, cela reste un défi que d’intégrer la créativité. Mais les partenaires, fort de deux premières expériences de collaboration, sont convaincus qu’il y a dans leur complémentarité un réel bénéfice à offrir à ces jeunes en situation de décrochage (familial, scolaire, social) pour les amener à la rencontre de l’art et de l’expression qu’ils portent en eux.

https://www.zetetiquetheatre.be/ et https://www.facebook.com/lezetcompagnie

Projet 5 : « Un jeune pour un jeune » - Hôpital Psychiatrique CUP La Clairière (Vivalia/Pavillon des adolescents)

En partant du retour des jeunes patients (12 à 18 ans) du service de pédopsychiatrie quant à leurs difficultés à accepter de recevoir des soins en santé mentale et, encore davantage, une hospitalisation en pédopsychiatrie; à en parler, lors de leur retour dans leur milieu de vie (surtout à l’école), ce projet vise à permettre à des adolescents, à partir de leur expérience individuelle, de co-construire une représentation générale de la santé mentale, de la maladie mentale et de la psychiatrie.

L’objectif est la déstigmatisation de la santé mentale, de la maladie mentale et de la psychiatrie.

Projet 6 : « Prendre soin des premiers liens en contexte de précarité : développer des relations sécures pour favoriser la résilience, l’apport du collectif » - APALEM-Seconde Peau ASBL

Les objectifs principaux de ce projet sont les suivants :

 

Seconde Peau s’adresse à un public aux prises avec des vulnérabilités multiples qui altèrent les capacités des parents à pouvoir être suffisamment attentifs aux besoins de leur enfant.

L’intervention précoce (dès la grossesse et au plus tard aux 3 mois du bébé), continue (jusqu’aux 3 ans de l’enfant si besoin), à domicile et à un rythme hebdomadaires permet d’une part à l’enfant et à ses parents d’expérimenter une forme de prévisibilité, de continuité et de fiabilité d’un lien sécurisant et contenant avec l’intervenant et d’autre part, d’intervenir suffisamment tôt en visant l’adéquation de la dyade parent-enfant, et donc de prévenir des troubles de la relation et d’augmenter les chances d’un développement harmonieux d’enfants nés dans des conditions sociales et familiales difficiles.

L’axe que l’équipe souhaite développer à travers ce projet se caractérise par une forme de continuum d’intervention : pas à pas, de l’accompagnement individuel à domicile vers l’insertion au sein d’initiatives locales collectives ajustées aux besoins de chaque enfant. Les objectifs sont de favoriser l’ouverture de l’enfant et de sa famille vers l’extérieur dans un souci de rupture de l’isolement social ainsi que la participation et l’inclusion de l’enfant et de sa famille, en tant qu’acteur, à la vie locale et citoyenne, le tout au bénéfice du développement de l’enfant.

L’expérience nous montre que cet objectif d’inclusion de familles vivant de sévères vulnérabilités dans des structures locales collectives peut se heurter à plusieurs freins liés à l’isolement, aux conditions de vie en situation de précarité, à la perception anxiogène du monde extérieur renforcée par la crise sanitaire de la Covid 19. Le projet cherche à développer une méthodologie d’intervention visant à favoriser l’ouverture et l’adhésion progressive de ces familles dans la participation à des offres locales et collectives au bénéfice de leur enfant, en leur permettant d’expérimenter des activités collectives proposées dans un cadre sécurisant et adapté et en s’appuyant sur la relation collaborative tissée avec les intervenants de Seconde Peau tout au long de l’accompagnement.”

Projet 7 : « Tribunal des préjugés » - ASBL Nighthawks

Ce projet, qui a vu le jour en 2019, est un terrain d’expérimentations et d’échanges pour interroger et chercher de nouveaux outils socio-artistiques de déconstruction des préjugés liés au territoire. Les différentes créations qui en résultent sont diffusées in-situ à Bruxelles, dans des lieux associatifs et culturels et en ligne sur la plateforme du projet : www.tribunaldesprejuges.org.

Les objectifs principaux sont :
1) Une ville inclusive – réinventer son quartier
2) Reconstruire un lien – se remettre d’une pandémie
3) Donner la parole aux jeunes

À travers ce projet, il est donc important de construire avec les participant·e·s leur propre espace de parole citoyenne.

https://nighthawksproductions.be/ et https://www.facebook.com/nighthawksproductions

Projet 8 : « Passerelle » - ASBL Passerelle

Les objectifs principaux de ce projet sont les suivants :

  • Mener des actions solidaires avec une équipe de jeunes volontaires âgés de 15 à 26 ans, dans un nombre non exhaustif de domaines tels que l’aide aux SDF, aux primo-arrivants, aux personnes âgées ou dans le domaine de la petite enfance.
  • Mener un projet intergénérationnel avec une dimension numérique. Nous avons déjà commencé ce projet, depuis le mois d’octobre, à la maison de repos Saphir à Laeken.
  • Former une équipe de jeunes à différents outils et techniques d’intelligence collective, à la communication interculturelle et à la relation d’aide. Ces formations se dérouleront au cours de week-end en résidentiel.
  • Mener un projet de tutorat entre les jeunes qui sont arrivés en Belgique depuis quelques années et les familles nouvellement arrivées, pour les accueillir et leur permettre de s’orienter dans leur nouvel environnement, pour lutter contre le non-recours aux droits et développer un maillage social.
  • La rédaction d’un « guide de survie à Bruxelles pour nouveaux arrivants » en plusieurs langues, rédigé, mis en page et traduit par les jeunes impliqués dans le projet.