Prévention précoce de l'obésité de l'enfant

En avril 2017, le Fonds Houtman lance un appel à projets sur le thème de la « Prévention précoce de l’obésité de l’enfant » afin de soutenir un ou plusieurs projets se focalisant sur une prévention de l’obésité durant la grossesse et le suivi de son efficacité chez le nourrisson.

Le surpoids et l’obésité sont devenus un des problèmes majeurs de santé dans l’ensemble des pays industrialisés. Ils sont une des premières causes de mortalité et de morbidité. Au niveau mondial, le surpoids et l’obésité des enfants de moins de 5 ans est un problème majeur de santé publique. En Europe, 1 enfant sur 3 entre 6 et 9 ans est en surpoids ou obèse et en Belgique, 20% des enfants entre 2 et 17 ans sont en surpoids dont 7,1% sont obèses. En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’obésité précoce est prépondérante avec 10,2% des enfants de première maternelle qui sont en surpoids et 6,2% qui sont obèses ; et ces taux augmentent en 6e primaire à 14,2% et 11,4% respectivement. En 20 ans, l’obésité infantile a augmenté de 17% dans notre pays. L’obésité est d’origine multifactorielle : facteurs génétiques et épigénétiques, sédentarité, alimentation, facteurs psycho-affectifs, contexte socio-économique et culturel etc. Des études récentes ont montré que le risque d’obésité est étroitement lié à des facteurs précoces, incluant le poids de naissance de l’enfant, le BMI de ses parents et leurs habitudes de vie.

Parmi les 6 candidatures parvenues au Fonds Houtman, c’est le projet « Pourquoi j’ai faim ? » de Pascale Marcoux et de l’ASBL Aktina, qui a été retenu.

Projet : « Pourquoi j’ai faim ? » - ASBL Aktina

Le projet démarre en mars 2018 avec pour objectif de développer un nouveau modèle de prévention précoce de l’obésité chez l’enfant par des actions centrées sur la future mère pendant la période prénatale. Pour ce faire, Pascale Marcoux et son équipe vont sensibiliser les femmes enceintes et leur entourage aux modes de consommation actuels et au marketing de masse, et tenter de les réconcilier avec l’acte de manger, en mettant l’accent sur la convivialité et la transmission culturelle. Le moment de la grossesse étant propice aux changements, l’équipe d’Aktina souhaite aider les familles à retrouver des repères et un retour aux vraies sensations. Il s’agit d’un projet novateur qui « à travers la pleine conscience, l’écoute du corps, les sensations, les émotions et les valeurs, permettra à chaque participant d’être capable de se réguler dans un environnement « hostile » ».

La population de l’étude est composée des femmes enceintes suivies en consultation dans les services de consultations prénatales de l’hôpital de Jolimont-Nivelles-Tubize et de l’hôpital de Gosselies de septembre 2018 à septembre 2019. Les lieux ont été choisis parmi des régions où la population est la plus précarisée selon les données de la Banque de Données Médico-Sociales.

Les femmes enceintes complètent un auto-questionnaire qui permet de mettre en évidence d’éventuels troubles alimentaires. Ensuite, celles qui le souhaitent peuvent s’inscrire aux modules proposés par Mme Marcoux. Il s’agit de 4 modules :

Module 1 : sortir de la restriction, découvrir les sensations de la régulation

Module 2 : externalité (se mettre en attention plutôt que de faire attention !)

Module 3 : émotivité (apprendre à ressentir les émotions et le pouvoir des aliments pour diminuer les tensions)

Module 4 : alimentation durable et accessible (déjouer les pièges du marketing à travers l’écoute de son corps).

Un peu plus de 600 futures mamans ont rempli le questionnaire de screening du EAT (Eating behaviour test), plus de 100 participantes ont complété le DEBQ et 36 femmes enceintes ont suivi tous les modules. L’analyse des résultats de la recherche-action et la rédaction du rapport final se terminent.

Le site internet www.mangeursheureux.be est également accessible. Ce projet se poursuit jusqu’en mars 2021.