En 2015, le Fonds Houtman a lancé l’appel à projets « La culture comme vecteur d’inclusion et d’émancipation des enfants » pour un budget total de près de 110.000 €.

Parmi les 133 projets reçus, 6 projets ont été sélectionnés. Ils étaient tous centrés sur la priorité d’ouvrir l’accès à la culture et aux activités culturelles aux enfants et aux familles, et en particulier aux familles en situation précaire, et sur le souhait de leur permettre de grandir en toute dignité. Ils avaient pour objectif de donner les moyens à ces familles et à ces enfants de prendre part aux activités culturelles et artistiques et d’y trouver leur place. Ces projets ont duré deux ans et se sont terminés fin 2018.

Projet 1 : « A la découverte de la culture » - Maison de Quartier d’Helmet à Schaerbeek

L’objectif du projet était de permettre à un groupe d’enfants de 6 à 12 ans inscrits aux activités de la Maison de Quartier et à leur famille d’avoir accès à la culture sous différentes formes. Les intervenants souhaitaient sensibiliser les enfants à la culture au sens large, au travers d’une suite d’animations autour de la culture de la terre, la culture des savoirs, la culture des peuples et la culture artistique. Ils ont également tenté de sensibiliser les familles par une série d’activités auxquelles elles étaient invitées avec l’objectif que, progressivement, elles concèdent plus de place à la culture dans le cadre du développement et de l’émancipation de leurs enfants. Ce projet a également permis de valoriser ces familles dans leur identité culturelle et, entraînées par les enfants, les familles se sont ouvertes, chacune à son rythme, à l’expression de la diversité, et ont petit à petit apprivoisé les espaces culturels. Par différentes techniques et pratiques artistiques, les enfants ont développé leur créativité et leur sens critique. Ils ont aussi travaillé les valeurs citoyennes telles que la solidarité, le respect, le vivre ensemble, notamment, comme on le voit sur cette photo, lors de la réalisation d’une maquette sur leur parc idéal et d’un collage sur la société multiculturelle. En septembre 2017, le projet a abouti à une exposition au Centre Culturel de Schaerbeek des nombreuses créations réalisées par les enfants, puis à la bibliothèque Sésame. Pour élargir la diffusion du projet, un dépliant a été réalisé, intitulé « 14 lieux culturels à Bruxelles ». Il présente une série de lieux culturels bruxellois facilement accessibles en transports en commun et met l’accent sur la gratuité de ceux-ci ou sur leur coût réduit.

http://extrascolaire-schaerbeek.be/spip.php?article1060

Projet 2 : « Enfants acteurs et passeurs de culture » - ékla, le centre Dramatique de Wallonie pour l’Enfance et la Jeunesse à Strépy-Bracquegnies

Le projet se basait sur l’opération « Art à l’Ecole » qui consiste à proposer aux classes d’accueillir un artiste en résidence durant une année scolaire. Artiste et enseignant vivent avec les élèves l’expérience d’un processus de création. En fin de projet, les élèves sont invités à partager le processus vécu lors des rencontres « Art à l’Ecole ». Ce projet-ci était basé sur deux dispositifs : l’opération Art à l’École et un parcours du jeune spectateur. 4 écoles en ont bénéficié, selon des modalités adaptées à chaque école mais permettant toujours d’immerger les enfants dans la culture, principalement la danse et le théâtre, de créer un lien avec les parents et de permettre aux enfants de devenir passeurs de culture auprès de leur famille.  » Côtoyer des œuvres et des artistes, c’est appréhender la complexité du monde en l’embrassant par son imagination. C’est ressentir et apprivoiser ses émotions, ses sensations… C’est découvrir ses identités et leur donner forme. C’est collaborer et dialoguer. C’est donc un chemin pour développer l’estime de soi, moteur de tout apprentissage, et l’empathie, capacité qui forge la tolérance et la solidarité. C’est aussi une démarche sollicitant la mise en projet et l’engagement : il ne s’agit pas d’atteindre un résultat connu à l’avance mais d’expérimenter, d’inventer, de s’ouvrir à la multitude des possibles. L’art change l’école, ses valeurs, ses pratiques ; il invite à repenser la pédagogie et la place de l’enfant. Les projets artistiques et culturels peuvent aussi générer de nouvelles relations entre l’école, les familles et la culture. »

Le rôle de la médiatrice culturelle, lien entre tous les acteurs du projets (artistes, enseignants, direction, enfants et parents) apparaît essentiel.

Deux brochures ont été réalisées, l’une à destination du grand public « Comment / pourquoi accompagner son enfant au théâtre ? », l’autre à destination des professionnels. Cette dernière est téléchargeable sur le site :

http://www.eklapourtous.be/doc/publi/enfantsacteurs.pdf

Projet 3 : « Ma maison ambulante : stage de théâtre pour enfants » - le Théâtre Océan Nord et la Maison d'enfants Les Amis d'Aladdin à Schaerbeek

Ce projet proposait des stages de théâtre gratuits

à des enfants primo-arrivants et/ou ne maîtrisant pas le français, enfants dont les familles sont fragilisées socialement et économiquement. Ce projet se fonde sur un partenariat entre deux associations : le Théâtre Océan Nord et la maison d’enfants Les amis d’Aladdin. Quatre stages ont été proposés pendant les vacances scolaires des années 2017 et 2018, touchant une quinzaine d’enfants de 6 à 12 ans. Un des objectifs était de faire découvrir à ces enfants et, par extension, à leur famille, un lieu culturel au sein de leur quartier et de leur permettre de découvrir le théâtre, moyen d’expression et d’émancipation, de développement de la confiance en soi et de cohésion sociale.

« Pour ces enfants, la pratique du théâtre était une découverte. L’équipe a souhaité partir du quotidien et de leur histoire. Le thème de la migration, point commun de leurs différents parcours, s’est tout de suite imposé. C’est ainsi que l’équipe a imaginé la maison ambulante avec la volonté d’ouvrir l’horizon des enfants pendant les stages : découvrir un théâtre, rencontrer l’autre, explorer différents modes d’expression, visiter une exposition, sortir dans d’autres quartiers de Bruxelles… Les stages ont été conçus comme des espaces de création et d’expression pour et avec les enfants. Le cadre, le contenu et la finalité n’ont pas cessé d’évoluer en fonction de leurs retours. »

L’objectif du projet était également de permettre aux enfants de se réapproprier leur quartier, leur ville et de découvrir différentes structures culturelles. L’utilisation de la vidéo a permis de garder une trace du travail des enfants. Quatre petits films ont été créés et présentés aux familles au Théâtre Océan Nord mais aussi diffusés au Centre Culturel de Schaerbeek en présence des participants, valorisant ainsi le travail créatif et la parole des enfants auprès de personnes extérieures au projet.

La participation à ces stages a été un succès, le nombre de participants a augmenté au fur et à mesure, tout comme le nombre de familles présentes lors des moments conviviaux en fin de stage.

https://www.oceannord.org/2019/ma-maison-ambulante/

Projet 4 : « Philosophes et chercheurs d’art » - ASBL PhiloCité à Liège

Ce projet est issu d’un partenariat entre le Département de philosophie de l’Université de Liège et une école fondamentale de la région liégeoise en discrimination positive, l’école des Érables. Il a rassemblé parents, enseignants et enfants avec pour objectif principal l’émancipation des enfants en leur donnant des outils de réflexion collective et argumentative, afin que les enfants prennent confiance dans leur parole et leur pensée et les intègrent dans tous les lieux et les dimensions de leur vie présente et future, avec leurs amis, avec leurs parents, à l’école ou ailleurs. Les animateurs ont travaillé les modes d’expression des enfants en articulant ateliers de discussions philosophiques et ateliers artistiques. « Chaque année, les ateliers philo suivent un fil rouge qui se déploie et s’étoffe au cours des séances. Cette année, la thématique, de la 1re année à la 6e année primaire était « Le fil de l’histoire ». Il s’agissait de créer une narration commune nourrie par les discussions philosophiques, les créations graphiques, théâtrales et cinématographiques. » Les classes étaient réparties en 3 cycles : le 1er cycle 6-8 ans – « La pensée joueuse », le 2e cycle 8-10 ans – « Le très très très grand livre philo » et le 3e cycle 10-12 ans – la réalisation de films d’animation. Le projet s’est achevé par une exposition des créations des enfants.

En parallèle au travail avec les enfants, une recherche réflexive était menée, avec une enquête et des interviews des différents acteurs, afin de comprendre les répercussions de la tenue régulière d’ateliers philosophiques et mettre en évidence les conditions d’implémentation de ceux-ci au sein de l’école. Philosopher entraîne des transformations dans les rapports qu’une personne entretient vis-à-vis d’elle-même, des autres et du monde. Les résultats de ce projet auprès des enfants et qui dépassent les résultats habituellement observés sont une capacité de généralisation, l’importance de se mettre d’accord sur les présupposés, le fait que les enfants valorisent davantage la dimension collective de la discussion que sa dimension intellectuelle. Les témoignages concordent également quant à un surcroît d’attention et d’implication des enfants. « Cette culture de l’attention entraîne chez eux une plus grande présence à soi et à ce qui se passe dans la classe ».

https://www.philocite.eu/basewp/wp-content/uploads/2019/01/Philosophes-et-chercheurs-d-art_web.pdf

Projet 5 : « La culture est un voyage » - Centre Culturel de Stavelot et AMO Cap Sud

Ce projet participatif était mené avec comme partenaires le CPAS de Stavelot – Entre-Familles, l’école des devoirs « Le jardin sauvage » et la bibliothèque. Il proposait de déconstruire l’image « tour d’ivoire » de la culture et de vivre, d’expérimenter la culture dans toutes ses dimensions en emmenant environ 35 enfants et leur famille à la découverte des multiples facettes de leur propre culture, pour ensuite mieux comprendre, mieux accepter et s’intéresser à la culture de l’autre… L’équipe a proposé aux enfants et à leur famille un petit « tour de Belgique » en quatre villes, quatre régions choisies ensemble. Chaque étape est précédée d’une phase préparatoire où l’on mobilise enfants et familles autour d’un projet commun. A l’issue de chaque visite, des ateliers créatifs sont organisés pour expérimenter le fruit de leurs découvertes et un carnet de voyage est également réalisé. Les visites ont emmené les participants à la découverte de Liège, de Bruges, Bruxelles et Durbuy. Ce projet a mis en évidence l’importance d’un « retournement de sens et de rôles », permettant aux participants de s’engager dans un processus de co-construction, afin qu’ils deviennent partenaires et non plus bénéficiaires.

Le projet s’est achevé par un grand événement, une balade « culturelle et gourmande » dans Stavelot. Une centaine de personnes extérieures aux familles se sont inscrites à cette balade où le public a été invité à partir en voyage en 4 stations et 4 lieux insolites. Un petit train a sillonné la ville de station en station, créant ainsi une ambiance festive. Le public a pu savourer des mets typiques, préparés par chaque groupe, illustrant leurs périples. A chaque station, des photos prises lors des escapades et les œuvres réalisées en ateliers étaient exposées. Des animations ludiques et conviviales, adaptées à tous les âges, ont égayé chaque halte. La journée s’est achevée par un spectacle familial. Un travail titanesque a été réalisé par les familles, devenues à leur tour médiatrices auprès d’un large public. « Ce merveilleux partenariat est le résultat d’un long processus de rencontres, de mise en confiance et de reconnaissance. On pouvait ressentir la fierté d’être là, en mouvement et de participer à un projet ouvert à tous, d’exercer tout simplement sa citoyenneté ». L’équipe a contribué à aider les parents et les enfants à prendre conscience de leurs compétences et à avoir confiance en ces compétences.

Projet 6 : « A l’école, devenir acteur de son émancipation culturelle » - Ecole du Val et centre culturel de Chênée

Ce projet consiste à intégrer le théâtre tout au long du parcours scolaire des enfants de la 3e maternelle à la 6e primaire, dans le cadre d’une école fondamentale en encadrement différencié (public socio-économiquement défavorisé). Il s’agit de développer une approche globale visant à intégrer le théâtre comme moyen pédagogique. Après des premières expériences ponctuelles positives, il a été décidé d’étendre le dispositif à toute l’école et d’inclure l’activité théâtrale dans le nouveau projet d’établissement, donnant ainsi une véritable identité « théâtre » à l’école. Permettre aux enfants d’accéder et de participer à la vie culturelle et artistique est donc devenu un enjeu pour l’école du Val. Associée au Centre Culturel de Chênée, l’équipe a fait appel à 4 compagnies théâtrales pour ce projet, qui se déroule sur 7 années (avec le soutien du Fonds Houtman pour les deux premières années), la compagnie « Ebadidon », Kaléidoscope, les Ateliers de la Colline et le Théâtre du Sursaut. L’équipe souhaite augmenter la mobilisation des parents en tentant de les impliquer davantage dans les préparatifs autour du spectacle. L’équipe a pu observer que le travail réalisé lors de l’atelier théâtre a un impact positif sur le développement de l’enfant et une progression de l’intérêt des parents pour le travail réalisé par leurs enfants. Ce projet a également mis en évidence la « rencontre entre deux mondes, le monde scolaire et le monde artistique, et des confrontations de valeurs riches pour l’établissement scolaire, les enseignants et les élèves, mais aussi pour les artistes. Il faut établir une véritable collaboration entre l’artiste et l’enseignant pour tendre à une réelle complémentarité. L’errance, l’expérimentation en tant que telle, la liberté, l’audace, le droit à l’erreur, l’individualité, la singularité, la subjectivité, la création collective, l’émancipation, l’introspection, l’incertitude, l’originalité … autant de particularités propres au monde artistique qui bousculent le milieu scolaire mais qui le rejoignent dans l’accompagnement de l’enfant dans sa découverte et son appréhension du monde. C’est un projet qui œuvre au décloisonnement de l’école, à son ouverture vers l’extérieur (ateliers ouverts, rencontres avec d’autres écoles, visites de lieux, découverte de créations professionnelles, représentations publiques à destination des familles…). Pour assurer la globalité du développement de l’enfant, le projet doit susciter les interactions structurelles entre les intervenants. Cela implique la mise en place de moments consacrés au dialogue entre artistes et enseignants, une maximisation de la co-construction. »

http://www.ecoleduval.be/projet_theatre.html

Le 21 février 2019, un colloque intitulé « Enfances et cultures – Se mobiliser avec l’école et les parents » s’est déroulé au W:Halll (Centre culturel de Woluwe-St-Pierre). Ce colloque a rassemblé environ 200 personnes autour de la présentation des 6 projets et de temps d’échanges avec le public animés par le journaliste Benoît Feyt. Cela a permis de stimuler au maximum les interactions entre les différents professionnels de terrain présents dans la salle.

Plus d’informations dans le Cahier du Fonds n°25 « Enfances et cultures ».

Vous y trouverez également certains rapports finaux à télécharger.