En novembre 2018, le Fonds Houtman lance l’appel à projets « Vivre enfant dans la migration » pour un budget global de 100.000 € pour ce thème. Le souhait est d’aboutir à des outils concrets, réutilisables et/ou transférables vers un maximum d’acteurs de terrain et d’enfants concernés. L’appel se concentrait sur deux axes :

  • Axe « sensibilisation/formation des acteurs de terrain ». Un axe dédié aux intervenants de terrain et centré sur la santé des enfants migrants, au sens global mais en particulier leur santé mentale
  • Axe « retour au jeu ». Un axe orienté directement vers les enfants et centré sur leur droit aux loisirs et au jeu.

Parmi les 40 candidatures parvenues au Fonds Houtman, 7 ont été retenues. Nous vous les présentons ci-dessous.

Projet 1 : « Les Hirondelles font le printemps… Promouvoir une résilience psycho-sociale et accompagner les deuils de l’exil par les liens créés autour de pratiques sportives et ludiques. » - Centre MENA Les Hirondelles du CPAS d’Assesse & IRFAM

Par ce projet, l’équipe souhaite renforcer la prévention psycho-socio-corporelle pour les jeunes du centre et en étayer surtout la pertinence par une observation des bénéfices de l’activité sportive et ludique sur le développement psycho-social des jeunes. Trois objectifs sont poursuivis : créer un protocole d’observation des bénéfices engendrés par la pratique régulière d’un sport ; augmenter la capacité des intervenants à proposer une activité sportive (affiliations, assurances et équipements) ; renforcer la dimension ludique dans la vie quotidienne. Le résultat final consistera idéalement en un argumentaire étayé par l’observation des effets attendus sur la résilience psycho-sociale des jeunes.

Projet 2 : « Welcome chez vous » - ASBL ABC Cinéma

Dans le cadre de ce travail, et en collaboration avec certains acteurs socioculturels implantés sur la commune de Herstal (mais aussi avec les écoles), l’ASBL ABC Cinéma propose de réaliser un film avec des jeunes issus de la vague de migration récente sur les thématiques de l’espoir et du bonheur.

Projet 3 : « La caravane des rêves. Parce que le rire est vital ! » - ASBL Clowns Sans Frontières Belgique

« La caravane des rêves » veut rassembler des jeunes de différents milieux (des jeunes en situation précaire, des jeunes résidant en maisons d’accueil, des réfugiés et primo-arrivants et de jeunes Belges, peu importe leurs origines). Les rencontres prennent la forme de stages lors desquels tous les jeunes peuvent découvrir des techniques d’expression comme le théâtre d’ombre, le cirque et les arts urbains, au travers une pédagogie active. Chaque semaine de stage se clôture par la création d’un spectacle final auquel sont conviés parents, familles et amis. L’équipe a organisé 8 caravanes des rêves à Bruxelles en 2017-2018. Vu le succès, elle a voulu étendre le projet au reste du pays. Les stages à Bruxelles se poursuivront en partenariat avec la COCOF mais le subside du Fonds permettra d’initier 3 stages en plus en Wallonie (à Rendeux, Natoye et Belgrade).

Projet 4 : « S’épanouir à travers nos cent langages » - ASBL ékla

Ce projet va proposer à un groupe d’enfants et de jeunes du centre Fedasil de Morlanwelz (enfants en famille + MENA) un parcours artistique et culturel qui associe la découverte de spectacles et de lieux culturels, la participation à un atelier de création artistique et l’échange autour des expériences vécues. L’outil principal sera la danse.

Projet 5 : « Traces, reflets de réfugiés mineurs » - Maison de la Création-Centre Culturel Bruxelles-Nord

Ce projet veut permettre à de jeunes migrants (MENA entre 12 et 17 ans) résidant au centre d’accueil de Neder-Over-Heembeek de participer à des ateliers d’expression artistique. L’équipe souhaite leur permettre d’acquérir de nouvelles compétences artistiques, telles que la photographie ou l’écriture, afin d’encourager une revalorisation personnelle. La méthodologie des ateliers se base sur une expérience réflexive où les jeunes prendront une place active. Le projet veut aussi rendre à ces jeunes un accès à leur imaginaire, à leur innocence et au ludique, malgré le poids de leur vécu. Un autre objectif vise, via une exposition photo en fin de projet, la sensibilisation du public aux enjeux migratoires. Et, in fine, il s’agira, via la réalisation d’un livre, de sensibiliser et d’encourager les professionnels de l’accueil, mais également des secteurs culturel et artistique, à développer l’accès au jeu et aux loisirs pour les enfants migrants qu’ils accueillent au sein de leurs propres structures.

Projet 6 : « La marionnette liégeoise, outil social et culturel » - Karim Aït-Gacem/Musée de la vie wallonne

L’idée de ce projet est d’utiliser la marionnette comme outil social, pouvant jouer un rôle dans l’intégration des personnes issues de l’immigration plus ou moins récente et dans le rapprochement des publics. Les enfants (quartier Saint-Léonard, le « quartier aux 100 nationalités », et Ecole Vieille-Montagne (école « Freinet »)) vont travailler ensemble à la création d’un spectacle. Le personnage de Nasreddin Hodja sera notamment utilisé.

Projet 7 : « Exprime-art » - Plate-forme Mineurs en exil/SDJ

Ce projet réunit des membres du SDJ et de la Plate-forme, et l’art-thérapeute Valérie Provost. Il s’agira de réaliser une broderie collective grand format (sur laquelle serait pré-dessiné un planisphère), avec les enfants de différents centres d’accueil. Cette grande toile sera transportée de centre en centre. Sur ce planisphère, il sera proposé aux enfants de broder leur parcours migratoire par des lignes, des mots, la mer, leur pays, ce qu’ils souhaitent.